Multiverse theory cops a blow after dark energy findings

« Nos simulations montrent que même s’il y avait beaucoup plus d’énergie sombre ou même très peu dans l’univers, cela n’aurait qu’un effet minime sur la formation des étoiles et des planètes. »

Cosmos

Concernant le titre de l’article, je vous le livre tel quel, parce que je ne sais pas comment le traduire. Disons que si cette conclusion provisoire est juste, la théorie du multivers n’est pas invalidée mais moins nécessaire. Et en plus, la vie deviendrait de fait tout à fait envisageable dans ces multivers. Donc, une solution qui amène beaucoup plus de questions que de réponses. J’adore !   

Lien vers l’article :

https://cosmosmagazine.com/physics/multiverse-theory-cops-a-blow-after-dark-energy-findings

Traduction de l’article :

« Un multivers hypothétique semble moins probable après modélisation par des chercheurs en Australie et au Royaume-Uni a jeté une de ses hypothèses clés en doute.

Le concept multivers suggère que notre univers n’est qu’un des nombreux. Il bénéficie du soutien de certains des physiciens les plus accomplis au monde, parmi lesquels Brian Greene, Max Tegmark, Neil de Grasse Tyson et le regretté Stephen Hawking.

L’une des principales attractions de l’idée est qu’elle représente potentiellement une anomalie dans les calculs de l’énergie sombre.

On pense que la force mystérieuse est responsable de l’expansion accélérée de notre propre univers. Les théories actuelles, cependant, prédisent qu’il devrait y en avoir plutôt plus qu’il n’y paraît. Cela soulève une autre série de problèmes : si la quantité d’énergie sombre autour était aussi importante que les équations l’exigent – et cela représente plusieurs milliards de fois le niveau qui semble exister – l’univers s’élargirait si rapidement que les étoiles et les planètes ne se formeraient pas – et la vie ne serait donc pas possible.

L’idée de multivers dans une certaine mesure explique et absorbe ce quotient d’énergie sombre étrangement petit – mais qui permet la vie. Essentiellement, cela permet une explication curieusement égoïste: il y a un grand nombre d’univers ayant tous des quantités différentes d’énergie sombre. Nous existons dans celui qui a une quantité assez basse pour permettre aux étoiles et ainsi de former, et donc la vie pour exister. (Et nous nous trouvons ici, dirige la logique, parce que nous ne pouvions pas nous trouver nulle part ailleurs.)

Jusqu’à présent, si anthropique. Mais maintenant , un groupe d’astronomes, dont Luc Barnes de l’Université de Sydney en Australie et Jaime Salcido de l’ Université de Durham au Royaume – Uni, a publié deux articles dans la revue Monthly Notices de la Royal Astronomical Society qui montrent l’énergie noire et l’ étoile équilibre formation n’est pas tout à fait aussi bien que les estimations précédentes l’ont suggéré.

L’équipe a créé des simulations de l’univers en utilisant l’architecture de superordinateur contenue dans le projet Evolution and Assembly of GaLaxies and their Environments (EAGLE). Il s’agit d’une collaboration basée au Royaume-Uni qui modélise quelque 10 000 galaxies sur une distance de 300 millions d’années-lumière, et compare les résultats avec les observations réelles du télescope Hubble et d’autres observatoires.

Les simulations ont permis aux chercheurs d’ajuster la quantité d’énergie sombre dans l’univers et de regarder ce qui s’est passé.

Les résultats ont été une surprise. La recherche a révélé que la quantité d’énergie sombre pourrait être augmentée de quelques centaines de fois – ou réduite de façon tout aussi drastique – sans affecter sensiblement autre chose.

« Pour de nombreux physiciens, la quantité inexpliquée mais apparemment particulière d’énergie sombre dans notre univers est un casse-tête frustrant », explique Salcido.

« Nos simulations montrent que même s’il y avait beaucoup plus d’énergie sombre ou même très peu dans l’univers, cela n’aurait qu’un effet minime sur la formation des étoiles et des planètes. »

Et cela, suggère-t-il, implique que la vie pourrait potentiellement exister dans de nombreux univers multivers – ironiquement, une conclusion inconfortable.

«Le multivers était auparavant censé expliquer la valeur observée de l’énergie noire comme une loterie – nous avons un billet chanceux et nous vivons dans l’univers qui forme de magnifiques galaxies qui permettent la vie telle que nous la connaissons», explique Barnes.

« Notre travail montre que notre billet a l’air un peu trop chanceux, pour ainsi dire. C’est plus spécial que ce qu’il doit être pour la vie. C’est un problème pour le multivers; un puzzle reste. « 

C’est un puzzle qui va droit au cœur de la question: si les hypothèses de l’énergie sombre sont imparfaites, existe-t-il même un multivers? Les chercheurs reconnaissent que leurs résultats ne l’excluent pas – mais ils diminuent la probabilité.

« La formation des étoiles dans un univers est une bataille entre l’attraction de la gravité et la répulsion de l’énergie noire », explique le co-auteur Richard Bower, également de l’Université de Durham.

« Nous avons trouvé dans nos simulations que les univers avec beaucoup plus d’énergie sombre que la nôtre peuvent heureusement former des étoiles. Alors, pourquoi une si maigre quantité d’énergie noire dans notre univers?

« Je pense que nous devrions chercher une nouvelle loi de la physique pour expliquer cette propriété étrange de notre univers, et la théorie du multivers fait peu pour sauver l’inconfort des physiciens. »

Les deux documents peuvent être trouvés ici et ici . »

Pascal Fechner

Directeur National MUFON France

www.mufonfrance.com

N'oubliez pas de partager ☺

Comments

comments