“C’est ainsi que se créa une situation dans laquelle – avec la meilleure volonté du monde – on ignorait si on avait affaire à une perception primaire suivie de fantasmes ou si, à l’inverse, il s’agissait de fantaisies inconscientes primaires qui, en gestation dans l’inconscient, assaillaient le conscient, l’inondant d’illusions et de visions.”

Carl Gustav Jung, Ein Moderner Mythus, edition française 1961


Nous sommes le 10 Février 2019, et nous commençons ce retour sur l’actualité de la semaine avec le papier d’El Pais, titré « Les Européens voient de moins en moins d’OVNIs ». En fait, ce recul est mondial, ce constat a déjà été évoqué par Sheryl Costa dans les colonnes du Syracuse Times. Que doit-on en conclure ? Montée en puissance des connaissances permettant d’identifier les observations ? Manque de connaissance des structures récupérant les témoignages pour enquêter ? Défiance ou manque de confiance envers ces mêmes structures quand à leur sérieux ou leur intégrité ? Ou à l’extrême, connexion défaillante entre civilisations ? Voir désintérêt total d’autres civilisations à notre égard ?

Si nous donnions du crédit à la thèse du zoo galactique, nous traversons peut-être un cycle ou tout le monde est retourné au travail ou dans les écoles galactiques. Pour les cacahuètes, il nous faudra attendre les prochaines vacances. On reste bien sur dans un exercice ludique et prospectif, au cas ou certains prendraient ces lignes au premier degré…

Pour autant, le MUFON France continue de travailler activement, les enquêtes ne constituant qu’une partie de nos activités, la recherche en étant une autre. Nous rappelons cependant que plus vite nous travaillons sur une observation, plus nous avons de chance d’obtenir des résultats.

Les Européens voient de moins en moins d’OVNIS


Cinéma cette semaine, avec dans Big Think un travail sur les lieux de contact au cinéma. Les Etats Unis y sont bien sur majoritairement représentés, la France compte deux entrées, Le Gendarme et les Extraterrestres et La Soupe aux Choux. Oui…

Rappelons (quand même) que le cinéma est une « invention » des Frères Lumière, enfin plus précisément que le premier film photographique de fiction a été réalisé par les Frères Lumière (L’Arroseur Arrosé). Et que « Le Voyage dans la Lune », réalisé par Georges Méliès en… 1902 est le 1er film à aborder le contact avec une civilisation exogène. Il aurait, me semble-t-il, mérité d’apparaitre dans cette carte. Mais non, ce n’est pas du chauvinisme…

A century of alien landings (in movies), in two maps

Le Voyage dans la Lune, Méliès, 1902


Cinéma toujours, Laurent Coignet nous apprenait cette semaine que « Area 51 & Flying Saucers », un documentaire réalisé par Jeremy Corbell (j’ai fait court…) et centré sur Bob Lazar était disponible en VOST. J’ai bien sur visionné ce reportage… Je dois admettre avoir été assez déçu.

Le format est impeccable, un objet visuellement irréprochable, un montage intéressant, mais, à mon sens, rien de réellement probant sur l’histoire de Bob Lazar. Je pense que Corbell n’a pas appuyé là ou ça faisait mal, et que ce film ressemble vraiment à une tentative de réhabilitation du travail initial de George Knapp (le « découvreur » de Bob Lazar). Knapp qui est le producteur, ce qui ne peut que questionner sur l’indépendance éditoriale de l’ensemble.

Quand le Sage montre la Lune, l’idiot regarde le doigt.On a souvent crié à l’impossibilité de la présence de Bob Lazar sur le S4. A la question : cette technologie peut-être elle humaine ?, on a de la part du protagoniste principal un trop rapide et péremptoire : c’est impossible. C’est court, pour un sujet aussi clivant que la zone 51, et une hypothèse aussi abyssale que la présence de matériel exogène dans des laboratoires militaires.

Bob Lazar : Area 51 & Flying Saucers en VOST sur Google Play

En parlant de Zone 51, rappelons que Franck DEPAILLAT, enquêteur MUFON France, travaille sur la traduction du document de la NSA sur l’histoire de la zone 51 (et plus exactement sur l’histoire de l’U2), il sera à la disposition des membres MUFON France cette année.


Et si on parlait d’Avi Loeb ? Loeb encore très présent dans la presse internationale cette semaine. Nous avons partagé une excellente ITW qu’il donne dans Spiegel, dans lequel il persiste et signe.

Réfléchir aux civilisations lointaines n’est pas spéculatif

On commence à percevoir dans certains éditos un léger changement de paradigme. Patrick Rowan pour Skywatch avance un postulat remarquable : et s’il s’agissait de prouver que la vie ailleurs dans l’Univers n’existe pas, plutôt que de prouver qu’elle existe ? Totalement à contre courant de la pensée dominante contemporaine, mais sur le long terme des Idées et de la Philosophie, l’inverse semble acceptable.

Sommes-nous seuls dans l’univers ?

On rappelle le livre de Thibaut Gress et Paul Mirault, La Philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre, une bonne partie de l’essai évoquant la pensée d’Emmanuel Kant. Génial d’antihumanisme. Oups, on dit transhumanisme aujourd’hui, c’est politiquement plus correct…

Thibaut Gress / Paul Mirault – La Philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre

Thomas Zurbuchen, cadre de la NASA, nous livre sa conviction sur la vie dans l’Univers, bien que le thème central de son intervention soit le voyage vers Mars.

Thomas Zurbuchen : Si voyager dans l’espace était aussi facile que se rendre à Paris

Hier enfin, nous partagions l’article de Futurism, qui reprend les éléments de l’ITW de Martin Dominick pour The Times. Nous n’avons pas pu accéder à l’ITW originale, cette dernière étant réservée aux abonnés du journal. Dominick reprend les éléments d’un débat qui risque de prendre de l’importance : est-il prudent de signifier notre présence dans l’Univers sans au préalable savoir ce qui peut nous trouver ?

La « Dark Forest Theory » y est évoquée, un effrayant et cosmique dérivé d’ »Hunger Games », ou la règle reste tuer ou être tué. On connait la position de Stephen Hawking sur le sujet. Une position certes anthropocentrique, le fait est que si nous rencontrons une civilisation plus faible militairement que nous, je ne donne pas cher de sa peau, rose, verte ou gazeuse, et quelles que soient les qualités et les vertus de son développement civilisationnel.

« Peut-être qu’ils viendront nous manger »


On finit avec une bonne nouvelle, la sortie Lundi du n°1 du magazine « OVNIs, Science et Histoire ».

Et on souhaite bonne chance à Dominique Filhol, réalisateur du magnigique “The One billion names of God”.

Bonne semaine à tous !

 

 

 

X