Dans cette directive , il ordonne au Pentagone de rédiger un projet de loi pour créer une force spatiale appelée à devenir la sixième entité des forces armées américaines. En janvier déjà, et sans jamais mentionner la Chine, la Russie, l’Iran ou la Corée du Nord, le locataire de la Maison Blanche avait déclaré : « Notre stratégie repose sur un objectif primordial : détecter et détruire tout type d’attaque par missile contre toute cible américaine, que ce soit avant ou après le lancement ».

Les Echos

La Space Force avance, ou plutôt décolle, avec la publication de la directive sur la politique spatiale. Nous avions abordé la question en Août 2018 :

Space Force : les Nouveaux Templiers ? – Article de Pascal Fechner

La presse en parle assez largement, nous avons donc préféré vous proposer une proposition de traduction de la directive elle-même.


Lien vers l’article des Echos :

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0600741456990-defense-le-projet-space-force-de-trump-avance-2246411.php


Lien vers “Text of Space Policy Directive” :

https://www.whitehouse.gov/presidential-actions/text-space-policy-directive-4-establishment-united-states-space-force/


Proposition de traduction :

OBJET: Création de la US Space Force

Section 1. Introduction. L’espace fait partie intégrante de notre mode de vie, de notre sécurité nationale et de la guerre moderne. Bien que les systèmes spatiaux des États-Unis aient toujours maintenu un avantage technologique sur ceux de nos adversaires potentiels, ceux-ci développent maintenant leurs capacités spatiales et développent activement des moyens de nous priver de notre utilisation de l’espace en cas de crise ou de conflit. Il est impératif que les États-Unis adaptent leurs organisations, politiques, doctrines et capacités en matière de sécurité nationale afin de dissuader toute agression et de protéger nos intérêts. À cette fin, le Département de la défense doit prendre les mesures nécessaires, en vertu des autorisations existantes, pour mobiliser ses ressources spatiales afin de dissuader et de contrer les menaces dans l’espace, et d’élaborer une proposition législative visant à établir une force spatiale américaine en tant que sixième branche des forces armées des États-Unis au sein du département de la Force aérienne. C’est une étape importante vers la création d’un futur département militaire de l’espace. Selon cette proposition, la US Space Force serait autorisée à organiser, former et équiper les forces spatiales militaires des États-Unis afin de garantir un accès sans entrave à l’espace et la liberté d’opérer dans l’espace, ainsi que de fournir des capacités vitales aux forces interarmées et coalisées en temps de paix et dans tout le spectre des conflits.

Seconde. 2. Définitions. Aux fins du présent mémorandum et de la proposition législative visée à l’article 3 du présent mémorandum, les définitions suivantes s’appliquent:

a) L’expression «force spatiale des États-Unis» désigne une nouvelle branche des forces armées des États-Unis qui devait initialement être placée en vertu d’une loi au sein du Département de la Force aérienne.

b) L’expression «département de la force spatiale» désigne un futur département militaire du département de la défense qui sera responsable de l’organisation, de la formation et de l’équipement de la US Space Force.

(c) Le terme «United States Space Command» désigne un commandement unifié du combattant devant être établi en vertu du mémorandum présidentiel du 18 décembre 2018 (Création du commandement américain de l’espace en tant que commandement du combattant unifié), qui sera responsable de la Forcer les opérations spatiales comme prévu dans le plan de commandement unifié.

Seconde. 3. Proposition législative et objet. Le Secrétaire à la défense soumettra au Président, par l’intermédiaire du Bureau de la gestion et du budget, une proposition législative tendant à établir la Space Force des États-Unis en tant que nouveau service armé au sein du Département de la Force aérienne.

Si elle était adoptée, la proposition législative créerait la Space Force des États-Unis chargée d’organiser, de former et d’équiper les forces nécessaires pour assurer la liberté d’opération dans le domaine spatial, depuis et vers ce dernier; fournir des options militaires indépendantes aux dirigeants nationaux; et d’accroître la létalité et l’efficacité de la force interarmées. La US Space Force devrait comporter à la fois des fonctions de combat et des fonctions d’appui au combat afin de permettre des opérations spatiales offensives et défensives rapides et soutenues, ainsi que des opérations conjointes dans tous les domaines. La Space Force des États-Unis doit être organisée, entraînée et équipée pour respecter les priorités suivantes:

a) Protéger les intérêts de la nation dans l’espace et l’utilisation pacifique de l’espace pour tous les acteurs responsables, conformément au droit applicable, y compris le droit international;

b) Garantir une utilisation sans entrave de l’espace aux fins de la sécurité nationale des États-Unis, de l’économie des États-Unis et des citoyens, partenaires et alliés des États-Unis;

(c) dissuader l’agression et défendre la nation, les 
alliés des États-Unis et les intérêts des États-Unis contre les actes hostiles commis dans l’espace et depuis l’espace;

d) Veiller à ce que les capacités spatiales nécessaires soient intégrées et disponibles pour tous les commandements de combat des États-Unis;

e) Projection de la puissance militaire dans, depuis et vers l’espace pour défendre les intérêts de notre nation; et

f) Développer, maintenir et améliorer une communauté de professionnels centrés sur les impératifs de sécurité nationale du domaine spatial.

Seconde. 4. Portée.

a) La proposition législative prévue à l’article 3 du présent mémorandum comprend, outre les dispositions prévues à l’article 3 du présent mémorandum, des dispositions qui, si elles sont adoptées, sont les suivantes:

(i) consolider les forces et autorités existantes pour les activités spatiales militaires, le cas échéant, afin de minimiser les doubles emplois et d’éliminer les inefficacités bureaucratiques; et

(ii) n’incluent pas l’administration nationale de l’aéronautique et de l’espace, l’administration nationale des océans et de l’atmosphère, le bureau de reconnaissance nationale, ni d’autres organisations ou missions spatiales non militaires du gouvernement des États-Unis.

b) La force spatiale américaine proposée devrait:

(i) comprend, comme l’a déterminé le Secrétaire à la défense en consultation avec les secrétaires des départements militaires, le personnel en uniforme et le personnel civil menant des opérations spatiales directement à l’appui de celles-ci et provenant de toutes ses forces armées;

(ii) assumer la responsabilité de tous les grands programmes d’acquisition d’espace militaires; et

(iii) créer les pistes de carrière appropriées pour le personnel spatial militaire et civil dans toutes les spécialités concernées, y compris les opérations, le renseignement, le génie, les sciences, les acquisitions et le cyberespace.

Seconde. 5. Budget de la Force spatiale américaine. Conformément au processus budgétaire du ministère de la Défense, le Secrétaire à la Défense soumet au Directeur du Bureau de la gestion et du budget un projet de budget pour la Force spatiale des États-Unis à inclure dans la demande de budget du Président pour l’exercice financier 2020.

Seconde. 6. Organisation et leadership de la US Space Force.

(a) La proposition législative requise par la section 3 du présent mémorandum crée un sous-secrétaire civil de la Force aérienne pour l’espace, dénommé sous-secrétaire à l’Espace, nommé par le président avec l’avis et le consentement du Sénat. .

b) La proposition législative établira un chef d’état-major de la force spatiale, qui sera un officier supérieur du grade de général ou d’amiral et qui sera membre des chefs d’état-major.

Seconde. 7. Éléments associés.

(a) Un commandement de combat unifié pour l’espace, appelé le commandement américain de l’espace, sera établi conformément au droit, conformément aux instructions du 18 décembre 2018. Ce commandement assumera en outre toutes les responsabilités d’un commandement de combat unifié. aux responsabilités spatiales précédemment attribuées au commandement stratégique des États-Unis. Il assumera également les responsabilités du fournisseur de forces conjointes et de la formation des forces conjointes pour les forces d’opérations spatiales. Le passage rapide à un commandement de combat unifié témoigne de l’importance de la guerre dans l’espace pour la force interarmées. Le commandant de ce commandement dirigera la guerre spatiale dans le cadre d’opérations spatiales mondiales susceptibles de se dérouler dans le domaine spatial, les domaines terrestre ou le spectre électromagnétique.

b) Avec des forces fournies par la US Space Force et d’autres forces armées des États-Unis, le commandement spatial des États-Unis garantit un accès sans entrave et la liberté d’opérer dans l’espace, ainsi que des effets et capacités vitaux pour les forces conjointes et les forces de la coalition en temps de paix et à travers le spectre des conflits.

Seconde. 8. Relation avec le renseignement national. Le secrétaire à la Défense et le directeur des services de renseignement nationaux créeront et renforceront des mécanismes de collaboration entre le ministère de la Défense et la communauté du renseignement des États-Unis afin d’accroître l’unité des efforts et l’efficacité des opérations spatiales. Le secrétaire à la Défense et le directeur des services de renseignement nationaux doivent remettre au président, dans les 180 jours suivant la date du présent mémorandum, un rapport sur les mesures qu’ils ont prises et qu’ils comptent prendre à cette fin, y compris les propositions législatives jugées nécessaires et appropriées.

Seconde. 9. Autorités opérationnelles. Afin de s’assurer que la US Space Force et le US Space Command disposent des autorités opérationnelles nécessaires, le Conseil national de l’espace et le Conseil de sécurité nationale coordonnent un examen accéléré des autorités opérationnelles spatiales. Dans les 90 jours suivant la date du présent mémorandum, le secrétaire de la Défense présentera au Conseil national de l’espace et au Conseil de sécurité nationale les modifications proposées aux autorités compétentes pour approbation par le président. Le Conseil national de l’espace et le Conseil national de sécurité procèdent ensuite à un examen interinstitutions de la proposition du secrétaire et font des recommandations au président sur les autorités compétentes, et ce, au plus tard 60 jours après la date à laquelle le secrétaire à la Défense a présenté sa proposition aux conseils. .

Seconde. 10. Examen périodique. À mesure que la US Space Force évoluera et que la sécurité nationale s’imposera, il deviendra nécessaire de créer un département militaire distinct, appelé Département de la Force spatiale. Ce département assumera une partie ou la totalité des responsabilités de la US Space Force aux États-Unis. Le Secrétaire à la Défense procédera à des examens périodiques pour déterminer quand recommander au Président de légiférer pour créer un tel département.

Seconde. 11. Dispositions générales.

a) Rien dans le présent mémorandum ne doit être interprété comme portant atteinte ou autrement à:

i) les pouvoirs conférés par la loi à un service administratif ou à une agence, ou à leur responsable; ou

ii) les fonctions du directeur du Bureau de la gestion et du budget en ce qui concerne les propositions budgétaires, administratives ou législatives.

(b) Le présent mémorandum doit être mis en œuvre conformément à la loi applicable, aux exigences de sécurité nationale et nationale des États-Unis et sous réserve de la disponibilité de crédits.

(c) Le présent mémorandum n’a pas pour objectif de créer ni ne crée de droits ou d’avantages, de fond ou de procédure, opposables en droit ou en équité par une partie quelconque contre les États-Unis, ses départements, agences ou entités, ses dirigeants, ses employés , ou agents, ou toute autre personne.

(d) Le Secrétaire à la Défense est autorisé et chargé de publier ce mémorandum au Federal Register.

DONALD J. TRUMP

 

X