“Une ascension ou une chute dans la hierarchie des superorganismes a d’autres effets profonds sur le psychisme collectif d’une société. Elle transforme les émotions et les valeurs partagées par le groupe humain. La nation qui monte en grade recherche l’aventure. Le pays qui dégringole abandonne ce qui est étranger et enfouit sa tête dans ce qui lui est familier. Il essaie de remonter le temps. Ces changements d’attitude sont le résultat de stratégies naturelles préinstallées. L’un des principaux virages biologiques de l’humeur de notre cerveau animal dicte un ensemble d’alternatives simples. Il nous rend conservateur dans les périodes difficiles, et aventurier quand tout va bien.”

Howard Bloom, Le Principe de Lucifer


Nous sommes le 17 Mars 2019 sur Terre. Vu d’en haut, Donald Trump oppose son véto au Congrès Américain pour construire son mur qui matérialisera une ligne imaginaire pour se protéger, dit-il, d’une invasion. Marine Le Pen expose sa chatte sur une chaine publique à une heure de grande écoute. Pendant que le METI se réunit à Paris pour réfléchir au contenu des bouteilles à la mer qu’il va balancer à l’aveuglette. Comme dirait Francis (Cabrel), est ce que ce monde est sérieux ? Oui, je suis de mauvaise humeur…


On ouvre d’ailleurs l’actualité de la semaine avec un article du Diaro Do Minho, plus sociologique qu’ufologique. Assez éclairant, et donnant du sens à la citation de Pierre Dac : « nous avons la preuve d’une forme de vie extraterrestre intelligente existe, puisqu’elle n’a jamais cherché à entrer en contact avec nous. »

Humanité et agressivité


Ce qui ne nous empêche pas d’aller au contact (on est bons pour ça…), Science & Avenir nous donne l’info : le METI est à Paris en début de semaine. Non, je ne suis pas fan des bouteilles à la mer… Ca pollue et on ne sait pas qui va récupérer la carte aux trésors.

Les scientifiques se réunissent pour plancher à propos… des extraterrestres


Ruppert Wyatt assure le SAV de Captive State, sorti aux (Captive ?!) States ce we, et en France début Avril. Un film (exo)politique, à n’en pas douter. Wyatt indique : « «La science-fiction est formidable, car elle vous permet de faire écho à la société dans laquelle nous vivons et, en même temps, de créer un degré de séparation qui permette à un très large auditoire de s’y confronter sous de nombreux angles. » Pas faux…

Rupert Wyatt, directeur de «Captive State» : la science-fiction vous permet de tenir un miroir


A ce titre, nous rappelons que le MUFON France est à même d’animer des conférences débats, information à transmettre aux directeurs de salles de cinéma. Nous animons également les gouters d’anniversaire, les mariages, les communions (toutes obédiences confondues), les fêtes de villages, les diners de cons. Pour les enterrements de vie de jeunes filles, m’envoyer un message en privé…

Sortie Imminente de Captive State : le MUFON France à votre disposition pour des projections débats


Un semaine d’anniversaires, avec les 22 ans de l’événement des Phoenix Lights, une sorte de Miracle de Fatima contemporain, et toujours inexpliqué.

Plus de 20 ans plus tard, le mystère de Phoenix Lights fascine toujours les gens


Et il y a 25 ans, la nuit des OVNIs du Lac Michigan, sur lequel le MUFON a enquêté.

Il y a 25 ans, des centaines de personnes ont déclaré avoir vu des OVNIS le long du lac Michigan


Nous ne sommes plus sur des dates anniversaires, mais History, qui assure le SAV de la série « Project Blue Book » nous offre un article sur le Carrousel de Washington (été 1952, là aussi un événement encore très mal expliqué) avec, et c’est vraiment appréciable, les coupures de presse d’époque. C’est assez rare pour être souligné.

En 1952, les «soucoupes volantes» au-dessus de Washington


Bel événement semaine dernière à Munich, organisé par l’Evangelische Akademie Tutzing, A noter que l’article indique que le Wow Signal reste inexpliqué. Ca, par contre, c’est faux…

La recherche d’une intelligence extraterrestre se réchauffe


Le lien à faire entre cet événement et la découverte de la semaine, le travail de Diana Walsh Pasulka sur une possible nouvelle forme de religion qui lie technologie, vie extraterrestre et paranormal.

American Cosmic : Ufos Religion Technology

Alors, je rappelle que para est souvent utilisé dans son sens « à coté » ou « contre ». Et que ce qui est inexpliqué n’est pas inexplicable. C’est généralement une question de temps. Et aussi, parfois de moyens mis en œuvre. A ce sujet, ce n’est pas en balayant le phénomène (sociétal sur le coup) OVNI qu’il disparaitra, bien au contraire… Mais c’est un autre débat.

Et si au final, la vraie question (que semble aborder l’auteure, bien que je n’aie pas encore eu l’opportunité de parcourir totalement son travail) se situait dans ce qu’on appelle vaguement l’intuition ? Mieux, l’inspiration. Peut-on envisager que parfois, et totalement par hasard, le cerveau de certains se connecte, « capte » une réalité différente ? C’est ce principe que développe parfois Michio Kaku.

Pour schématiser, une radio ou une télévision transmettent le signal sur lequel elles sont réglées. Pour autant, les autres programmes, diffusés sur d’autres fréquences, existent, bien que non matérialisés dans la réalité de l’auditeur. D’autre part, il suffirait à cet auditeur de modifier la fréquence pour obtenir d’autres informations.

Pour la petite histoire, quand j’étais plus jeune (sic…) j’étais l’heureux possesseur d’une console Atari 2600. Oui, comme celles qu’on voit au musée, petit scarabée. Et je m’étais aperçu qu’en manipulant spécifiquement l’interrupteur de marche, j’arrivais à obtenir un jeu… différent… Le programme initial était modifié, me permettant des possibilités différentes. Techniquement, pour ceux que ça intéresse et qui connaissent Space Invaders, j’avais un tir continu. Un carnage pour les aliens… Je me suis toujours demandé si le microprocesseur se rendait compte de la différence. Ou pas. Ou même s’il révait quand il était éteint.

Ce qui m’amène à la question suivante : si nous glissions d’une réalité à l’autre, nous en rendrions nous compte ? Pourrions nous le faire volontairement ? Que serions nous à même de restituer de retour à la “réalité” ?Comment ? Par quels protocoles ? Nous sommes au bord d’un puits abyssal de connaissances qui attend que nous fassions un pas en avant.


Les scientifiques pourraient s’emparer du problème. Luis Oliveira E Silva dans son article décrit assez bien la situation de beaucoup d’hommes de science.

Oumuamua, naves interestelares e emprego (científico) para sempre?


Pour finir, nous « fêtons » le premier anniversaire du départ de Stephen Hawking. Une étoile, ça éclaire, et ça donne une direction quand on est perdu, la nuit. De plus, l’étoile émet sa propre lumière, la planète se contente de la réfléchir. Alors, oui, Hawking est une star. A nous, planètes (au mieux…), bout de rocher sans direction précise (au pire…) de voir ce que nous pouvons faire avec cette énergie transmise.

Stephen Hawking – 8 Janvier 1942 / 14 Mars 2018


Voilà, on a fait le tour. N’oubliez pas que vous pouvez participer à la vie du MUFON France, en nous suivant bien sur, vous pouvez entrer votre adresse mail pour recevoir nos communications automatiquement. Vous pouvez également nous aider financièrement en devenant Membre MUFON France (la page exclusive Membres MUFON sera bientôt disponible). Ou, pour les plus motivés, en faisant acte de candidature pour devenir Enquêteur. Camille a justement remis les pages en fonction, liftées et retravaillées.

N’oubliez pas que ce n’est pas le MUFON qui fait les chercheurs, mais les chercheurs qui font le MUFON.

Bon Dimanche à tous

Pascal Fechner

DirNat MUFON France

 

 

X