“Dans Captive State , qui ouvrira ses portes vendredi dans les théâtres, des envahisseurs extraterrestres asserviront les gouvernements du monde entier sous le prétexte de leur unité. En réalité, les extraterrestres, appelés «législateurs», extraient à nu la planète pour trouver des ressources, provoquant ainsi un changement climatique spectaculaire .”

Inverse

Captive State sort Vendredi aux Etats Unis, le réalisateur Rupert Wyatt donne une ITW à Inverse. A le lire, je ne peux que penser à ce qui, à mon sens, est le coeur même de l’ufologie : réfléchir aux autres, c’est se définir soi même.

Lien vers l’article :

https://www.inverse.com/article/54006-captive-state-director-rupert-wyatt-interview-an-alien-occupation-movie-climate-change

Proposition de traduction :

Rupert Wyatt n’a pas grandi en Amérique, mais son histoire le fascine. Né et élevé dans le sud de l’Angleterre, où il a appris à faire des films avec sa caméra Super 8, le cinéaste a beaucoup réfléchi à ce que signifie déclencher une révolution contre les forces oppressives, en particulier le capitalisme et l’avidité, qui sont exposées à fond. dans son nouveau film Poli-Sci-Fi Captive State .

«C’est l’histoire de la« rage contre la machine », raconte Wyatt à Inverse. «Cela concerne ce que signifie être sous occupation et les obligations morales ou les choix que l’on doit faire quand ils sont mis dans un lieu de compromis aux risques de la famille, de la carrière, des moyens de subsistance. gQu’est-ce qui fait que ceux qui choisissent de prendre position? Cela me fascine depuis longtemps.


Dans Captive State , qui ouvrira ses portes vendredi dans les théâtres, des envahisseurs extraterrestres asserviront les gouvernements du monde entier sous le prétexte de leur unité. En réalité, les extraterrestres, appelés «législateurs», extraient à nu la planète pour trouver des ressources, provoquant ainsi un changement climatique spectaculaire .

Pour tenir les humains en laisse, les extraterrestres confèrent le pouvoir à quelques privilégiés, ce qui sème la discorde parmi les survivants de toutes les grandes villes. Ces événements ont rapidement conduit Gabriel (Ashton Sanders), qui n’était encore qu’un garçon lorsque les extraterrestres sont arrivés, et un laquais de flic devenu législateur, Mulligan (John Goodman), à conspirer dans un partenariat compliqué marqué par la trahison et les secrets.

Le film est la dernière image illustrant la fascination de Wyatt pour l’oppression et la résistance. Entre les dramatiques policières comme The Escapist ( 2008) et The Gambler ( 2014) , les traités de Wyatt sur la révolution sont clairement expliqués dans ses films tels que Rise of the Planet of the Apes ( La montée de la planète des singes , 2011) – la suite de la série de science-fiction sur une Terre dystopique gouvernée par des singes intelligents – et dans le pilote du drame historique d’AMC, Turn: Washington’s Spies , un thriller d’époque se déroulant au beau milieu de la guerre d’indépendance américaine.

Pour Captive State , qui a été co-écrit avec Erica Beeney, Wyatt voulait penser différemment. Les deux cherchaient à occuper un espace entre science-fiction et réalisme hardcore.

«Nous l’avons intégré dans le futur», dit-il. «Nous pensions que si cet avenir nous est tangible et que la société n’a pas beaucoup changé, mis à part les quelques pertes explicites, le public moderne peut vraiment comprendre au sens plus large qu’un film sur la révolution américaine, par exemple. ”

État captif John Goodman
John Goodman dans le rôle de Mulligan et Ashton Sanders dans le rôle de Gabriel dans «Captive State» de Rupert Wyatt.

Le point de départ de l’histoire était quand une société était déjà sous occupation. À partir de là, il leur suffisait de trouver le meilleur moyen de commencer cette histoire.

L’histoire est pleine de tels comptes. «Si vous regardez l’histoire du 20ème siècle, l’occupation de masse de la France par exemple, nous avons examiné toutes sortes de références et nous sommes venus à la place de ce qui serait la manière la plus intéressante et contemporaine de raconter cette histoire. J’ai vraiment été intrigué par, comment puis-je mettre cela dans l’empreinte de l’Amérique? Être un terroriste est ce que signifie être un combattant de la liberté en Amérique qui lutte contre le gouvernement collaborateur ou aux yeux du gouvernement. “


Les extraterrestres de Captive State , qui, lorsqu’ils sont révélés à l’écran, prennent une apparence semblable à celle d’un insecte avec un son «ronflant» distinct, ont été inspirés par le comportement des guêpes et des abeilles.

«J’ai vu un documentaire intéressant sur les guêpes attaquant une ruche et sur la façon dont les abeilles se sacrifient pour sauver la ruche», raconte Wyatt. “Je pensais, quelle belle analogie pour ce qui se passe dans le film et comment nous nous battons.”

Wyatt s’empresse de dire qu’il n’est pas «un cinéaste politique», mais il est difficile d’ignorer les parallèles entre un État totalitaire, dirigé par un étranger politique qui réprime la liberté d’expression, et une partie du nationalisme de droite qui a refait surface aux États-Unis. et à l’étranger.

«J’en viens à un point de vue libéral, plutôt qu’à un membre de la droite, mais je vois des histoires à un niveau humain», dit-il.

Les travaux sur Captive State ont débuté avant l’entrée en fonction de Donald Trump, mais ce n’est pas un hasard si l’invasion extraterrestre de son film commence «vers 2016».

«Les questions de libertés civiles et de freins et contrepoids, questions qui, à mon avis, sont tout à fait pertinentes et devraient être posées dans une démocratie. Mais nous ne faisons pas de polémique », déclare Wyatt. «Ce n’était pas notre intention. Ceux qui ont une sensibilité de droite ou libertaire verront les aspects de ce film sous un jour qu’ils choisiront, de même que ceux qui auront une sensibilité de gauche. “

Le réalisateur est catégorique sur le fait que son film parle du capitalisme incontrôlé et de la manière dont il peut littéralement endommager la planète. «Je dirai que [ce film] concerne beaucoup notre environnement, notre planète», dit-il. «L’idée que protéger cette planète et ne pas tomber dans le piège de l’idée que les grandes entreprises et le capitalisme doivent défendre nos intérêts est vraiment importante.»

Les versions précédentes de Captive State révèlent que le film se déroule pendant un été à Chicago. Les éléments qui le signalaient clairement ont été laissés sur le sol de la salle de montage, mais la température hivernale du film (le film a été tourné sur place pendant neuf semaines à l’hiver 2017) illustre les abus subis par la planète Législateurs.

«C’est ce que fait le gouvernement collaboratif», explique Wyatt. “Ils permettent à la planète d’être minée à nu pour la minorité plutôt que pour la santé à long terme de la multitude.”

«J’aime les films qui posent des questions sur notre temps politique», ajoute Wyatt. «La science-fiction est formidable, car elle vous permet de faire écho à la société dans laquelle nous vivons et, en même temps, de créer un degré de séparation qui permette à un très large auditoire de s’y confronter sous de nombreux angles. Je pense que c’est ce qui en fait un genre pertinent dans la narration d’aujourd’hui et très utile pour raconter des histoires qui posent des questions pertinentes sur qui nous sommes. Chaque fois que je suis entré dans le monde de la science-fiction, je suis venu à cet endroit. “

X