“Pendant la majeure partie de l’année, les sections locales du MUFON enquêtent sur des indices d’observations d’OVNI, dont des centaines parviennent dans leur courrier électronique et leur messagerie vocale chaque mois. Mais lors d’une journée d’été flamboyante à Summerlin, une riche banlieue du nord-ouest de Las Vegas, les membres du MUFON étaient tous réunis et la situation était tendue. Plus tôt, un autre orateur respecté, Richard Dolan, a qualifié Goode de menteur et peut-être de plante. «Je n’accuse personne de quoi que ce soit», a dit Dolan délicatement au début de son discours, à la manière de quelqu’un sur le point d’accuser quelqu’un de quelque chose. «Mais il est tout à fait vrai dans l’histoire des États-Unis que le gouvernement est intervenu dans de nombreuses organisations. Beaucoup d’entre vous ont entendu parler de COINTELPRO. Et cela continue à ce jour. ”

Extrait du livre Republic of Lies d’Anna Merlan


Je partage cet article, ou plutôt l’extrait du livre d’Anna Merlan, Republic of Lies, qui vient de sortir chez Metropolitan Books. D’une part, parce que le MUFON y est cité. Le MUFON a depuis 1969 donné la parole à tous les courants ufologiques, donc aussi à Corey Goode… Même si je pense en mon for intérieur, que ce monsieur dit d’énormes bêtises. Mais ce n’est que mon avis.

D’autre part, cet extrait, qui aborde, entre autre, le sujet des “lanceurs d’alerte”, dont font partie Goode, ou encore Lazar, est extrêmement intéressant. On doit s’interroger sur le rôle, et surtout sur la nocivité de ces “vérités” parfois un peu vite acceptées, d’autant plus qu’elles sont énormes. Mais n’est-ce pas là une composante de l’ADN de l’ufologie ?

Par contre, non, l’ufologie moderne n’est pas née à Roswell, il faudra bien un jour qu’on le comprenne…

Lien vers l’article :

The Politics of UFOs

Proposition de traduction :

Corey Goode était à peine à l’école primaire quand il a été classé comme «une anomalie».

«Apparemment, j’ai été identifié comme faisant partie du spectre de l’empathie intuitive», a-t-il déclaré à un public ravi par une chaude matinée d’été en 2017. Goode affirme qu’il a rapidement été placé dans des classes alternatives. Ses parents, dit-il, ont donné la permission de le faire. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’il avait été invité à prendre part à un programme militaire: chaque matin, il attendait dehors avec sa boîte à lunch pour être pris en charge par une camionnette blanche qui le conduirait à la base aérienne Carswell. , au Texas. De là, ils passaient par une porte arrière, par deux pistes, par une autre porte de sécurité et par un hangar à moteur, par un monte-charge, dans une installation souterraine secrète où neuf à 15 autres enfants attendraient.

Selon John Goode, il aurait été enrôlé dans le Secret Space Program vers 1986, dans le cadre d’une prétendue entité gouvernementale cachée menant des recherches clandestines et participant à des guerres secrètes avec des extraterrestres dans l’espace. Goode a déclaré que, lorsque son service militaire dans l’espace avait pris fin, il était retourné sur Terre, où les responsables de son gouvernement avaient procédé à une «régression par l’âge». Il s’est réveillé enfant dans sa chambre à la maison avec son mère ignorant qu’il était déjà parti.

L’histoire de Goode est riche, mais un peu de cela va un long chemin. Goode a raconté son récit à plusieurs reprises, mais je l’ai entendu lors de la réunion annuelle du Mutual UFO Network, connu sous le nom de MUFON. C’est le plus ancien groupe de recherche sur les OVNI aux États-Unis, actif depuis 1969, et il se présente comme une organisation scientifique cherchant des preuves tangibles du phénomène OVNI et cherchant ces preuves là où il pourrait conduire.

Pendant la majeure partie de l’année, les sections locales du MUFON enquêtent sur des indices d’observations d’OVNI, dont des centaines parviennent dans leur courrier électronique et leur messagerie vocale chaque mois. Mais lors d’une journée d’été flamboyante à Summerlin, une riche banlieue du nord-ouest de Las Vegas, les membres du MUFON étaient tous réunis et la situation était tendue. Plus tôt, un autre orateur respecté, Richard Dolan, a qualifié Goode de menteur et peut-être de plante. «Je n’accuse personne de quoi que ce soit», a dit Dolan délicatement au début de son discours, à la manière de quelqu’un sur le point d’accuser quelqu’un de quelque chose. «Mais il est tout à fait vrai dans l’histoire des États-Unis que le gouvernement est intervenu dans de nombreuses organisations. Beaucoup d’entre vous ont entendu parler de COINTELPRO. Et cela continue à ce jour. “

Bien que la culture générale ait largement éclipsé la discussion sur les ovnis auprofit d’ idées de conspiration plus fraîches et plus brillantes – birtérisme, faux drapeaux, bagues de pédophiles – un nombre remarquablement élevé d’Américains croient en l’existence d’une vie extraterrestre. Le nombre de sondages peut varier énormément et frustrant. En 1997, un CNN / TimeUn sondage a montré que 80% de la population adulte pensaient que le gouvernement dissimulait «la connaissance de l’existence de formes de vie extraterrestres». En 2015, une enquête de YouGov a révélé que 54% de la population adulte pensait que la vie étrangère existait, alors que 30 pour cent étaient convaincus, selon les termes du sondage, que “la vie intelligente extraterrestre nous a déjà contactés mais que le gouvernement l’a dissimulée”. Selon l’enquête sur les peurs américaines de l’université Chapman de la même année, 42,6% des personnes interrogées pensaient que le gouvernement dissimulant ce qu’il sait sur les rencontres extraterrestres. L’enquête Chapman a noté que plus d’Américains croient aux ovnis qu’à la sélection naturelle ou que la Terre a 4,5 milliards d’années.

La croyance est forte, mais, comme dans de nombreuses communautés de recherche, elle n’est pas uniforme et n’est pas affectée par la controverse. Ces dernières années, le monde des ovnis a été affligé par les sortes de fissures de conspiration qui sont apparues dans la culture américaine: à qui peut-on faire confiance? Qu’est-ce qui est vrai? Qu’est-ce qui constitue une norme de preuve acceptable? Qui est un espion, une plante, un agent? Le gouvernement est-il engagé dans des actions secrètes pour perturber les communautés qu’il juge dangereuses?

Dolan est un chercheur réputé sur les ovnis depuis longtemps, ce qui veut dire la même chose ici que dans beaucoup de sous-cultures de complot: vous ne savez peut-être pas qui il est, mais il est indiscutablement un géant dans son domaine. Il est loin d’être le premier du genre à suggérer que le gouvernement a semé des informations trompeuses pour jeter le champ au chaos. Et le MUFON lui-même est fréquemment accusé de poursuivre et de promouvoir la pseudoscience. Le Center for Skeptical Enquiry a écrit en 2013 que les sections locales du MUFON suivaient des pistes d’enquête «décidément non scientifiques», programmant des «entretiens sur l’enlèvement par des extraterrestres, des théories du complot, des hybrides humain-ET, une régression hypnotique et des souvenirs refoulés».

«Il y a quelques personnes très conservatrices qui veulent parler des rouages ​​de l’artisanat», m’a confié Jan Harzan, directeur exécutif du MUFON, en parlant de vaisseau spatial. «Mais c’est ce qui intéresse les gens: les lanceurs d’alerte. Ils veulent savoir ce qui se passe réellement. »Les dénonciateurs, comme l’appellent Harzan et d’autres, sont les hommes du monde des OVNIS, parmi lesquels Goode, qui font des affirmations colorées et stupéfiantes au sujet du rôle qu’ils ont joué dans l’espace secret du gouvernement. programmes.

Dans les sous-cultures de complot, la «dénonciation» est un phénomène courant. Pour chaque complot du gouvernement ou projet obscur, quelqu’un finira par se présenter en affirmant en avoir fait partie. Cela s’est produit pendant la panique satanique des années 1980; cela a commencé à se produire avec Pizzagate; et au milieu des années 2000, la nouvelle récolte arriva dans le monde des OVNI, quand un homme du nom d’Andrew Basiago affirma avoir participé à une série de missions sur Mars avec le jeune Barack Obama. En 2014, Goode est apparu sur la scène. Un an plus tard, les deux dénonciateurs ont été rejoints par un autre homme, Randy Kramer, qui prétend être un ancien marin qui a servi sur Mars pendant 17 ans et sur un vaisseau spatial secret pendant trois autres.

Parmi les générations précédentes de lanceurs d’alerte d’OVNIS, le plus célèbre était Bob Lazar, qui affirmait qu’il travaillait comme scientifique dans une installation subsidiaire de la zone 51 appelée S-4. Sa tâche consistait à «désosser» les vaisseaux extraterrestres pour comprendre comment ils fonctionnaient. Mais les nouveaux lanceurs d’alerte sont dans une ligue à part, ayant apparemment été dans des étendues que les humains n’ont jamais touchées auparavant, ayant eu des interactions répétées et directes avec des extraterrestres et, si je comprends bien, les assertions de Basiago, poursuivies par des dinosaures sur Mars. (J’avoue avoir quitté sa conférence de bonne heure à cause d’un mal de tête soudain et inexplicable.)

Goode a une habileté inhabituelle – la capacité de faire des déclarations extravagantes mais de les associer à des positions d’OVNI communes et populaires. Parmi les fils fantastiques qu’il parvient à attirer: Les ingénieurs qui travaillent sur les technologies spatiales secrètes font partie de «sociétés secrètes et de rituels occultes». Mais il colporte également les croyances plus traditionnelles: le gouvernement ne cache pas seulement ce qu’il sait sur les extraterrestres et les ovnis, mais aussi sur les technologies de pointe qu’ils ont révélées à l’homme. Celles-ci incluent les «technologies de guérison et anti-vieillissement» et «l’énergie de point zéro», ou énergie libre.


À côté de la salle de conférence où se déroulaient les entretiens, il y avait une grande salle remplie de tables et de marchandises. Alors que je marchais parmi les extraterrestres en céramique mal formés et que je discutais avec les vendeurs, il m’imaginait que la tradition ovni pourrait représenter le meilleur de la culture du complot: notre intérêt pour le caché, l’inconnu, l’ineffable, la magie de ce qui reste à révéler. “Le mystère des OVNIS est un miroir de nos propres fantasmes”, écrivait un jour le chercheur et informaticien sur les ovnis, Jacques Vallée. “Il exprime nos aspirations secrètes à une sagesse qui pourrait provenir des stars dans des emballages nouveaux, améliorés et faciles à utiliser, afin de révéler les secrets de la vie et de nous révéler enfin qui nous sommes.”

Le monde extraterrestre n’a pas toujours été aussi élevé. Comme beaucoup de gens le savent, la mythologie extraterrestre est née à Roswell, au Nouveau-Mexique, en 1947, lorsque quelque chose … s’est écrasé. Un matin d’été, un contremaître travaillant près de Roswell a trouvé quelque chose d’étrange en marchant dans la propriété. C’est ce que Kathryn Olmsted dans Real Enemies décrit comme «un tas de bâtons, du papier épais et du caoutchouc gris fumée, tous collés avec du scotch».

Le contremaître a appelé le shérif de Roswell, qui a envoyé deux députés, puis a téléphoné à la base militaire de l’armée de l’air de Roswell, se demandant si elle appartenait à la leur. Le responsable de l’information de la base a annoncé qu’un “disque volant” avait été retrouvé. Mais le lendemain, l’histoire a changé: le général commandant de la région a déclaré que ce qui avait été retrouvé était un «ballon météorologique d’altitude».

L’intérêt du public pour l’histoire s’est estompé. Mais à la fin des années 1970, des chercheurs étrangers ont commencé à soupçonner une dissimulation à Roswell. Vers 1991, Glenn Dennis, un témoin oculaire auto-proclamé, se manifesta, déclarant qu’il avait alors travaillé dans un salon funéraire à Roswell et que l’armée avait demandé des «cercueils de la taille d’un enfant» pour de minuscules corps étrangers. La version de l’histoire de Dennis a pris son envol, transformant l’histoire de Roswell telle que nous la connaissons tous couramment. Plus tard, l’imagination populaire déplaça l’emplacement des petits corps gris, recouverts de glace comme de mystérieux bâtonnets de poisson nacrés, dans la zone 51.

En 1994, un véritable complot est apparu: un rapport de l’armée de l’air commandé par le Bureau de la comptabilité générale du gouvernement fédéral a révélé que le ballon tombé était probablement un débris d’un programme de surveillance très secret connu sous le nom de Project MOGUL, qui visait à enregistrer des preuves audio de tests atomiques soviétiques. . Et en 1997, un deuxième rapport a trouvé une explication possible pour les témoins qui auraient vu des corps étrangers extraits de l’épave: Les mannequins pour tests de sécurité ont régulièrement chuté au cours d’autres opérations d’essais militaires impliquant des ballons à haute altitude.

La plupart des sources d’informations traditionnelles ont présenté les reportages comme preuve qu’il n’y avait définitivement aucun ovni. «Pas de corps. Pas de tête bulbeuse “, écrit William J. Broad du New York Times News Service en 1997.” Pas d’autopsies secrètes. Pas de vaisseau spatial. Pas de crash. Aucun extraterrestre ou artefact extraterrestre d’aucune sorte. Et surtout, pas de dissimulation de la part du gouvernement. ”

Mais le rapport de 1994 fournissait la preuve que l’Armée de l’Air avait menti sur un programme très secret, ce qui donnait aux chercheurs d’OVNI la certitude qu’il y avait encore d’autres dissimulations à dissimuler. L’histoire des ovnis est une illustration parfaite de la manière dont le secret du gouvernement nourrit la paranoïa des citoyens. La divulgation de programmes cachés de la Force aérienne rendait pratiquement tout possible. Au cours des décennies à venir, des révélations se succédèrent, de véritables ou d’imaginaires, jusqu’à ce que le domaine de l’ufologie devienne un fouillis d’affirmations concurrentes. et forte suspicion que tout le monde est un agent du gouvernement et que personne ne doit faire confiance.

Le nombre de théories du complot sur les ovnis est vertigineux et trop nombreux pour que nous puissions les explorer toutes. Les extraterrestres ont été liés à tout, de l’assassinat de JFK aux mutilations de bétail, et aucune de ces affirmations ne peut être réglée: il n’y a aucune preuve que le gouvernement puisse produire qui satisfasse les passionnés d’ovnis, et les chercheurs en ovnis n’ont aucune preuve de leurs affirmations. définitivement à un public sceptique.

La CIA conclut sur l’histoire résumée de son site internet sur un sujet résigné sur une note résignée: «Comme les théories du complot d’assassinat de JFK, le problème des OVNIS ne va probablement pas disparaître sous peu, peu importe ce que dit ou dit l’Agence. La conviction que nous ne sommes pas seuls dans l’univers est trop attrayante sur le plan émotionnel et la méfiance de notre gouvernement est trop profonde pour que la question soit soumise aux études scientifiques traditionnelles sur l’explication rationnelle et les preuves.

Néanmoins, Richard Dolan, le chercheur sur les ovnis, et d’autres ufologues plus traditionnels tentent de corroborer leurs affirmations par des mémos du gouvernement déclassifiés, des photos de témoins oculaires présumés, des entretiens avec d’anciens membres des forces armées: une grande partie de celle-ci fait écho aux recherches traditionnelles, bien que les les résultats sont éclectiques. Dolan est préoccupé par ce qu’il appelle la falsifiabilité. Accepter les revendications de quelqu’un comme Goode le rend nerveux. «Je pense que certains de ces dénonciateurs autoproclamés ne sont pas particulièrement crédibles», a déclaré Dolan, plutôt sinistre, se tenant dans le couloir de l’hôtel à Summerlin et ne faisant aucun effort particulier pour garder sa voix basse. «Croire de telles histoires sans preuves authentiques nous entraîne sur une voie dangereuse au sein d’un domaine déjà perfide», a écrit Dolan dans un message publié sur Facebook en 2017, un “qui est constamment dans la ligne de mire d’un établissement sceptique.” Sa crainte d’un jeu déloyal – une infiltration du gouvernement destinée à discréditer et à confondre le mouvement de divulgation des OVNIS – est ancrée dans le passé. “Dans l’histoire des États-Unis, nous sommes remplis de provocateurs et de désinformations provenant des canaux du gouvernement américain.”

Les soupçons de Dolan font écho à ceux des précédents chercheurs sur les ovnis. Dans son livre de 1991 intitulé Revelations: Alien Contact and Human Deception , le célèbre ufologue Vallée avait écrit qu’il en était venu à croire que de nombreux événements OVNI étaient des canulars, conçus parfois par des citoyens privés délirants et parfois par des organismes gouvernementaux aux objectifs plus ambitieux.

Lorin Cutts est un autre chercheur sur les ovnis que je connais, quelqu’un qui croit en l’existence d’êtres extraterrestres alors même qu’il doute et déteste presque toutes les facettes de la théorisation des ovnis modernes. Il prend un terrain d’entente complexe sur la question des OVNIS, quelque part entre Dolan et Goode. “Les extraterrestres existent presque certainement”, m’a-t-il dit dans un échange de courrier électronique. “Ce qu’ils ont à faire avec le phénomène des ovnis est discutable et en grande partie une construction culturelle et mythologique – je ne crois pas que nous puissions le savoir avec certitude pour le moment.”

D’une certaine manière, les soupçons de Cutts révèlent l’héritage profond et continu de la tactique de désinformation du gouvernement américain. Après tout, COINTELPRO était une campagne de désinformation créée par le FBI pour perturber et discréditer les groupes militants américains. Le fait que les chercheurs sur les ovnis – et les pizzeurs, ainsi que toutes les autres communautés de conspirateurs – soient si paranoïaques à propos des plantes et des saboteurs dans leurs rangs montre à quel point ce programme a réussi à déstabiliser de nombreux types de dialogue et de recherche.

Alors, qu’est-ce qui mettra fin à toute cette discussion, à cette discussion et à ce pointage du doigt? Les chercheurs sur les ovnis appellent cela la “divulgation”, le moment où les gouvernements du monde vont enfin révéler tout ce qu’ils savent sur les ovnis, les extraterrestres et la technologie extraterrestre. C’est un jour auquel ils aspirent et qu’ils cherchent de toute urgence: leurs propos font écho au langage des prédicateurs de la fin des temps qui décrivent une bataille décisive imminente, une grande révélation, un moment décisif final où l’humanité sera divisée en noyés et sauvés. .

John Podesta, président de campagne d’Hillary Clinton, a été un ardent défenseur de la divulgation. Lorsqu’il a occupé le poste de chef de cabinet de Bill Clinton, a-t-il récemment déclaré à CNN, il a demandé au président de divulguer “certaines informations sur certaines de ces choses, et en particulier certaines informations sur ce qui se passait dans la zone 51”. chez les extraterrestres, il a répondu: «Il y a beaucoup de planètes là-bas. Le peuple américain peut gérer la vérité. “

Hillary Clinton a elle-même indiqué qu’elle était disposée à envisager la divulgation d’informations en disant à un intervieweur de radio: «Je veux ouvrir les fichiers autant que possible.» Lorsqu’on lui a demandé si elle croyait aux OVNIS, elle a répondu: «Je ne sais pas. Je veux voir ce que l’information montre. »Mais, a-t-elle ajouté,« il y a suffisamment d’histoires pour que je ne pense pas que tout le monde est en train de les maquiller.

Le message de Goode a toujours été centré sur le fait que la divulgation est sur le point de l’être. Cependant, Goode estime que «la véritable divulgation ne peut venir que des gens», a-t-il déclaré à son public du MUFON. “Si nous attendons que quelqu’un monte sur un podium et fasse une annonce, je pense que nous allons continuer à attendre.”

***

Anna Merlan est une journaliste née à New York et basée à New York qui se concentre sur les théories du complot, la religion, la politique, les sous-cultures et la vie des femmes. Elle a été accusée d’être un lézard et un agent de la CIA, mais jamais en même temps.

Extrait du livre Republic of Lies: Les théoriciens de la conspiration américaine et leur surprenante ascension au pouvoir de Anna Merlan, publié par Metropolitan Books. Copyright © 2019 par Anna Merlan.

N'oubliez pas de partager ☺
X