“Espionnage, brouillage, attaques cyber, armes antisatellites… L’espace, indispensable aux opérations militaires, est devenu un champ de confrontation entre nations, mettant la France au défi de muscler ses capacités dans ce théâtre hautement stratégique et de plus en plus militarisé.”

BFM TV


Dans l’espace, il y a des machines, dans l’espace, la guerre est sublime, dans l’espace, l’aventure dépasse
Dans l’espace, les rêves les angoisses, dans l’espace, quelqu’un nous regarde
Dans l’espaaaaaaaaaaaaace
San ku kaï San ku kaï
C’est un message {x2}
San ku kaï San ku kaï
C’est un voyage {x2}

Eh bé, voilà ty pas que not’président veut lui aussi sa Speise Force, comme son copain, le costaud blondinet. Une nouvelle qui va probablement ne faire aucun bruit, je suis quand même d’avis qu’on est en train de gentiment préparer les routes commerciales du futur, maintenant qu’il semble décidé d’aller sur la Lune (euh, pardon, d’y retourner…), et de la transformer en gruyère suisse.

Merci à Laurent Bordet de nous avoir signalé cet article !


Lien vers l’article BFM TV :

https://www.bfmtv.com/politique/macron-annonce-la-creation-d-un-commandement-militaire-de-l-espace-1730249.html?fbclid=IwAR2B3ocrqBj_ny-7GBGgr5iNOu0xT7XBq34Mwjt40g1elSfBCbkoR1rMBDI


En complément, un article paru hier de Barron’s :

https://www.barrons.com/articles/how-the-space-economy-is-starting-to-take-shape-51562976002

Proposition de traduction :

Marriott International et Delta Air Lines ne proposent pas de forfait lunaire cet été. Freeport-McMoRan ne gratte pas l’or des astéroïdes proches de la Terre. La gestion des déchets n’a pas besoin de collecter nos déchets dans l’espace. Cinquante ans après le monde et Walter Cronkite émerveillé par le fil rouge des premiers pas de l’ homme sur la Lune , il est frappant de constater à quel point le commerce extraterrestre n’a pas progressé.

Comparez la mission Apollo 11 , qui reste le sommet des réalisations humaines dans l’espace, avec la naissance humble du World Wide Web il ya 30 ans.

C’est injuste, bien sûr. L’espace est là-haut; Internet est ici. Apollo 11 a coûté 175 milliards de dollars en dollars actuels sans promesse de flux de trésorerie, laissant ainsi au gouvernement son seul client. Internet, où les barrières sont faibles et les marchés finaux vastes, regorge de liquidités pour les investisseurs. Et le changement est en marche. L’économie spatiale, stimulée par les exploits des milliardaires du point-com, se dessine. Les opportunités d’investissement sont à venir.

Lorsque Barron a balayé l’espace des titres prometteurs pour un article de couverture il ya deux ans, nous avons trouvé des géants de l’aérospatiale et de la défense qui participaient à des lancements et à des satellites, ainsi qu’à quelques acteurs plus petits (26 août 2017, «New Space Age, promesse et péril pour les investisseurs ” ). Un mois plus tard, Northrop Grumman(symbole: NOC) a annoncé qu’il achèterait le plus prometteur d’entre eux, Orbital ATK. Depuis notre histoire, ViaSat (VSAT), opérateur historique du haut débit par satellite, a enregistré un rendement de 34%, soit sept points de plus que le S & P 500.

«Une introduction en bourse d’une entreprise de vols spatiaux habités d’ici fin 2019… même si nous n’avions pas prévu cela. 

—Adam Jonas de Morgan Stanley

Maintenant, Richard Branson dit que son Virgin Galactic fusionnera avec une société écran , Social Capital Hedosophia Holdings (IPOA), ce qui lui permettra de vendre des actions pour amasser des fonds.

L’analyste de Morgan Stanley, Adam Jonas, qui a commencé une série de rapports sur les investissements spatiaux en décembre 2017, semblait surpris. «Une introduction en bourse d’une entreprise de vols spatiaux habités d’ici la fin de 2019… même si nous ne l’avions pas prévu», a-t-il écrit le lendemain.

Il est question d’espace ayant un «marché adressable total», terme utilisé par Wall Street pour désigner le chiffre d’affaires à combattre au cours d’une année donnée. Les estimations vont aussi loin que les étoiles. Selon Jonas, 1,1 billion de dollars d’ici à 2040, principalement axés sur le haut débit et hors tourisme. Le château de Jarrod chez UBS annonce 805 milliards de dollars d’ici 2030. Le tourisme spatial en représente 3 milliards de dollars, ce qui représente un point à côté du montant qui sera réalisé en utilisant l’espace pour des itinéraires long-courriers sur Terre.

Virgin affirme que sa technologie pourrait un jour raccourcir les trajets entre Los Angeles et Tokyo de 11 heures à 2 heures. Si 5% des passagers voyageant aujourd’hui sur des vols de plus de 10 heures étaient prêts à payer 2 500 dollars pour un tel miracle, ils créeraient un marché de 20 milliards de dollars, estime Castle.

Il ne faut pas oublier que l’économie spatiale ne croît pas à partir de zéro. Compte tenu de la façon dont les téléspectateurs passent de chaînes groupées à des services de streaming en ligne, l’espace a peut-être déjà vu son premier secteur en déclin. AT & T (T), qui possède un service de antenne parabolique appelé DirecTV et envisage de lancer HBO Max, un rival de Netflix (NFLX), a annoncé l’an dernier avoir lancé son dernier satellite.

Cowboys et Cowgirls de l’espace

Nombre de personnes ayant déjà fréquenté l’espace

Source: Virgin Galactic

Le vol spatial n’est pas nouveau non plus. Pour 5 400 $ plus 5% de taxes, Zero Gravity, basé à Arlington, en Virginie, emmènera les passagers dans des creux à haute altitude dans un Boeing 727 modifié, un peu comme les enfants montés à l’arrière d’un break avant que les ceintures de sécurité ne soient habituelles, sauf Ici, les coureurs flottent dans la cabine pendant une demi-minute à la fois.

Pas assez haut? World View Enterprises de Tucson, en Arizona, espère pouvoir amener les passagers à la limite de l’espace dans un avion spécialisé en montgolfière à 75 000 $ par billet.

Virgin Galactic a déposé un jeu de diapositives exposant ses plans. La phase I consiste à vendre des vols spatiaux suborbitaux de 90 minutes pour 250 000 dollars chacun, avec le lancement du service l’année prochaine. Il souligne qu’il s’agit en réalité de vendre une expérience de quatre jours, comprenant une orientation et une formation; que seulement 571 personnes ont déjà été dans l’espace; et que les riches paieront généreusement pour des activités uniques. Par exemple, Branson indique que les îles privées peuvent louer 230 000 dollars par semaine. En tant que propriétaire, il le saurait.

Blue Origin, propriété de Jeff Bezos d’ Amazon.com (AMZN), sera le principal concurrent de Virgin, mais il n’a pas encore fixé de coûts ni de date de maintenance.

Si le stock de Virgin Galactic ne semble pas suffisamment enraciné, il existe un autre moyen de jouer. Amazon, la plus connue des entreprises de Bezos, a annoncé en avril qu’elle lancerait 3 200 satellites afin de fournir un accès Internet rapide au monde.

Il s’agit d’un défi direct lancé à SpaceX d’Elon Musk et à son projet de faire de même avec les satellites Starlink. En mai, Amazon Web Services, une entreprise de cloud computing d’Amazon, a lancé une plate-forme appelée AWS Ground Station, qui permet de connecter des satellites au cloud.

Une fois que le monde entier sera en ligne, le secteur de la vente au détail d’Amazon aura autant de clients à acheter. Et Ground Station transformera les concurrents en satellites d’Amazon en clients sur le cloud, tout comme AWS le fait avec Netflix, un concurrent d’Amazone en streaming.

La charge du gouvernement dans l’espace aurait peut-être ralenti, mais la mission capitaliste ne ressemble plus à un pareil à la fois.

 

N'oubliez pas de partager ☺
X