“S’il était mis en œuvre tel qu’écrit, ce serait un changement radical dans la politique UAP. L’élan derrière ce développement est presque certainement le TTSA de Tom DeLonge, en particulier les efforts de plaidoyer de Christopher Mellon. En mai de l’année dernière, Mellon a publié un projet de langage similaire via TTSA , et a écrit un article pour The Hill plaidant pour un tel rapport.”

Adam Kehoe pour Medium


Encore une excellente analyse d’Adam Kehoe pour Médium, cette fois sur le document du rapport du comité sur la Loi sur l’autorisation des renseignements pour l’exercice 2021.

S’il ne faut lire qu’un seul article sur le sujet c’est bien celui-là. Parce qu’il permet d’une part de comprendre les enjeux, mais également les difficultés à venir pour obtenir satisfaction.

Lien vers l’article :

https://medium.com/@adam.kehoe/analysis-of-the-senate-select-committee-on-intelligence-uap-news-5c0d0fe03389


Proposition de traduction :

Lundi soir, Steve McDaniel a partagé un nouveau document fascinant dans le paysage politique en constante évolution entourant les phénomènes aériens non identifiés (UAP). Le document est un rapport du comité sur la Loi sur l’autorisation des renseignements pour l’exercice 2021. S’il est adopté, il ordonnerait au directeur du renseignement national (DNI) de préparer un rapport non classifié sur les «phénomènes aériens non identifiés», également parfois appelé «antenne anormale». Véhicules.”

Les nouvelles de ce rapport se sont propagées rapidement et ont depuis été couvertes par Vice News , Politico et d’autres.

La partie du document qui concerne l’UAP est brève; moins de deux pages. Si brève soit-elle, le langage est frappant. En bref, il dit:

  1. Une enquête du Bureau des renseignements navals est en cours sur l’UAP, qu’ils appellent un «groupe de travail».
  2. Le comité constate qu’il n’y a «aucun processus unifié et complet au sein du gouvernement fédéral pour recueillir et analyser les renseignements sur les phénomènes aériens non identifiés, malgré la menace potentielle».
  3. Le problème a été négligé par la haute direction et doit maintenant être résolu.
  4. Le DNI, en coordination avec le secrétaire à la défense et toute autre personne jugée pertinente, est chargé de compiler un rapport non classifié dans un délai de 6 mois. Le rapport doit être remis aux commissions du renseignement et des services armés. Surtout, la langue appelle à identifier un responsable spécifique pour être responsable.
  5. Le rapport nécessite une évaluation complète des données disponibles et est conçu pour évaluer la possibilité de surprise stratégique d’un concurrent et les menaces à la sécurité nationale dans leur ensemble.
  6. Le rapport devrait aborder le processus interinstitutions de partage d’informations et faire des recommandations pour d’autres ressources, etc.

S’il était mis en œuvre tel qu’écrit, ce serait un changement radical dans la politique UAP. L’élan derrière ce développement est presque certainement le TTSA de Tom DeLonge, en particulier les efforts de plaidoyer de Christopher Mellon. En mai de l’année dernière, Mellon a publié un projet de langage similaire via TTSA , et a écrit un article pour The Hill plaidant pour un tel rapport.Christopher Mellon est bien placé pour un tel plaidoyer, étant donné qu’il est un ancien sous-secrétaire adjoint à la défense du renseignement et qu’il fut à un moment le directeur du personnel du SSCI – le comité qui a publié ce rapport. Il semble que le libellé du rapport SSCI soit précisément conforme aux recommandations de Mellon. Beaucoup de travail de rapport doit être fait sur les circonstances entourant ces développements, en particulier les contributions probables de Mellon.


Ce rapport suscite déjà beaucoup d’enthousiasme et d’enthousiasme. Cependant, la réalité des questions de défense nationale est qu’elles peuvent être extraordinairement complexes et soumises à d’intenses pressions bureaucratiques. Les attentes doivent être tempérées et le processus d’analyse plus sérieuse doit commencer dès que possible.

Pour commencer, il est important de comprendre que cette législation est en attente; il n’a été adopté ni par le Sénat ni par la Chambre. Pour l’instant, rien dans la langue n’est juridiquement contraignant. Il pourrait encore être considérablement modifié. Étant donné que ce projet de loi fait partie intégrante du processus d’autorisation d’une fonction importante du gouvernement, il est probable qu’il se poursuivra rapidement, mais ce n’est en aucun cas une loi établie.

Une question importante est de savoir comment l’intention claire du comité SSCI pourrait potentiellement être contrecarrée. Voici au moins cinq scénarios risqués:

  1. Le libellé du rapport pourrait être modifié ou affaibli d’une autre manière au cours du processus législatif.
  2. Le rapport pourrait contenir un résumé extrêmement non classifié, indiquant peut-être qu’il n’y a aucune preuve de «surprise stratégique» de la part de concurrents ou d’autres menaces pour la défense nationale. Il pourrait avoir une annexe classée relativement longue. Beaucoup dépendra de l’appétit des commissions compétentes pour repousser.
  3. Le DNI pourrait demander d’une manière ou d’une autre que le rapport soit indûment contraignant, aboutissant potentiellement à une sorte de compromis qui pourrait soit repousser le rapport, soit modifier sa portée et son statut de classification.
  4. Le DNI pourrait trébucher en rassemblant les divers éléments du CI à temps pour le rapport, en particulier compte tenu des sensibilités bureaucratiques impliquées, conduisant à un produit de mauvaise qualité.
  5. Espérons peu probable, mais le DNI pourrait ralentir ou utiliser d’autres moyens extralégaux pour retarder ou autrement ne pas répondre. Il faut dire que nous vivons à une époque où les demandes des organes délibérants sont peu respectées; plusieurs font désormais l’objet de décisions de la Cour suprême.

La plus grande vulnérabilité potentielle dans le langage SSCI est l’ampleur du rapport. En effet, le DNI est invité à offrir une «meilleure évaluation» des capacités les plus sensibles et sophistiquées des adversaires étrangers dans un cadre non classifié dans un délai de six mois. C’est sans aucun doute une tâche très difficile, car elle nécessite potentiellement une analyse presque exhaustive de toutes les données sur les programmes avancés. Des sources et des méthodes très sensibles seraient certainement impliquées dans une telle évaluation.

Un facteur potentiellement atténuant est le libellé du rapport suggérant un effort continu d’un «groupe de travail» au sein de l’ONI. Cela semblerait indiquer qu’il existe déjà des données analysées et en place; le début de la «course» ne commencerait pas entièrement lors de l’adoption de ce projet de loi. Il reste à voir dans quelle mesure d’autres agences telles que le FBI et le NRO sont en mesure de répondre à cette demande.


Il vaut également la peine de s’attarder un instant sur le rôle du DNI lui-même. Thomas Fingar décrit l’ODNI comme un bureau complexe, parfois lourd dans un chapitre de The National Security Enterprise: Navigating the Labyrinth. De manière révélatrice, le sous-titre de ce chapitre se lit comme suit: «De Pariah et Piñata à Managing Partner.» Dans le chapitre, Fingar décrit le rôle du DNI en tant que force de coopération interinstitutions dans l’environnement post-11 septembre en tant que leader du vaste appareil de renseignement américain. Il est important de comprendre que le DNI est un bureau quelque peu créé récemment, situé au-dessus d’un grand nombre d’institutions puissantes et souvent concurrentes.

Avant la Loi sur la réforme du renseignement, le directeur de la CIA avait une double responsabilité en tant que directeur du renseignement central (DCI) et chef de la CIA. Cependant, cela signifiait que le directeur gérait à la fois une agence extrêmement complexe et dirigeait nominalement un grand nombre d’agences de renseignement souvent houleuses et têtues. Parce que le directeur avait un contrôle et un pouvoir directs sur la CIA mais pas sur les autres agences, cela avait tendance à mettre moins l’accent sur la coordination.

L’essentiel de l’Intelligence Reform Act était de cliver la responsabilité de la coordination de l’ensemble du CI de la gestion spécifique de la CIA. Dans le nouvel arrangement, le DNI se concentrerait sur le CI dans son ensemble, et le directeur de la CIA se concentrerait entièrement sur cette agence. Cependant, Rumsfeld et d’autres ont fait pression pour protéger leurs autorités institutionnelles. En conséquence, bien que le DNI dispose d’un large pouvoir budgétaire, il ne peut pas abroger le pouvoir des chefs de département.

Dans l’analyse de Fingar:

En partie à cause de la façon dont la législation a été rédigée, mais aussi parce que Washington est une ville politique, la capacité des DNI successifs à diriger et gérer le CI a été déterminée davantage par la personnalité et les compétences du titulaire et la relation du titulaire avec le président que par les autorités statutaires.

De plus, le DNI est potentiellement exposé à beaucoup de contrôle politique. Cela a également ses racines dans le monde post-11 septembre où les questions de renseignement ont été particulièrement en cause dans la décision d’envahir l’Irak. Fingar décrit la situation de cette façon:

Une plaisanterie éternelle – et pour de nombreux professionnels de l’IC (communauté du renseignement) une conviction profondément ancrée – est qu’à Washington, il n’y a que deux possibilités: le succès politique et l’échec du renseignement.

Étant donné que la critique d’un manque de coordination est au cœur du libellé du rapport du SSCI, il semblerait que le DNI devra tenir compte des décisions des prédécesseurs de ne pas informer les organes de contrôle. Bien que cela puisse provenir davantage de l’ignorance ou de la négligence, le risque de l’étiquette de «défaillance du renseignement» plane sur ces questions.

Dans l’ensemble, le DNI est dans une position potentiellement difficile à l’égard de ce rapport. Si l’analyse de Fingar est correcte, la probabilité de succès dépendra quelque peu des compétences du titulaire. Compte tenu de la controverse entourant John Ratcliffe, il reste à voir si les futurs DNI seront des personnalités politiques ou des personnes ayant une solide expérience professionnelle au sein du CI.

Est-ce que ce ou un futur DNI aura les compétences et l’influence nécessaires pour relever un défi aussi difficile, potentiellement dans les six mois suivant l’adoption du projet de loi? Comment géreront-ils les risques politiques et institutionnels impliqués? Comment le DNI peut-il répondre substantiellement aux exigences du SSCI sans se heurter à des problèmes de sécurité?

Une autre complexité réside dans le fait que le SSCI appelle à des «recommandations concernant une collecte accrue de données, une recherche et un développement accrus, ainsi qu’un financement et d’autres ressources supplémentaires». La suggestion de «financement supplémentaire» est particulièrement complexe pour le DNI, car il gère des priorités budgétaires concurrentes. D’une part, l’incitation à recevoir plus de fonds peut être puissante; d’autre part, la concurrence pour ces fonds pourrait entraîner des conflits interinstitutions contre-productifs.

Un DNI sage trouverait probablement un moyen d’utiliser la perspective d’un financement supplémentaire pour inciter les agences concernées à fournir leurs meilleures données – une sorte de compétition pour voir qui peut émerger comme le plus pertinent sur cette question. Cela pourrait tout aussi facilement devenir problématique si les agences se tournaient plutôt vers la contestation du produit du travail de l’autre pour trouver des fonds. Le temps nous le dira.


Beaucoup, beaucoup de questions restent sur ce document. Par exemple, quelle est la signification de la référence spécifique au FBI? Peut-être le plus important: quel fonctionnaire serait le choix logique pour diriger cet effort? On pourrait dire que quelqu’un de l’ONI serait trop loin dans la hiérarchie étant donné l’appel à coopérer avec d’autres agences. Il semblerait qu’il faudrait quelqu’un qui pourrait tirer parti des pouvoirs interinstitutions de l’organisation DNI – peut-être un adjoint ou un adjoint adjoint DNI. Cette personne sera-t-elle suffisamment familière et connectée aux agences concernées pour produire efficacement le rapport?

Ce sera une question fascinante à suivre au cours de l’année à venir, et les journalistes ont beaucoup de travail à faire sur ces développements.


Questions ouvertes aux amis journalistes et analystes:

  1. Quelle est la réception probable du projet de loi à la Chambre?
  2. Quelle est la signification de la mention du FBI dans le document?
  3. Qui est susceptible d’être chargé de la responsabilité du rapport?
  4. Comment le DNI changera-t-il en fonction du résultat de l’élection (dans les deux sens)?
  5. Quel est le «tic-tac» plus large des efforts de plaidoyer de Mellon et de TTSA derrière ce projet de loi? Ont-ils gagné un crédit unique?
  6. Quelle est la probabilité que les comités concernés résistent s’ils sont lents ou s’ils reçoivent un rapport extrêmement bref?

 

 

N'oubliez pas de partager ☺
X