Sélectionner une page

«Après avoir bravé l’immense inconnu et découvert le nouveau monde, nos ancêtres ne sont pas seulement rentrés chez eux – et, dans certains cas, ne sont jamais revenus. Ils sont restés, ils ont exploré, ils ont construit, ils ont guidé et à travers cet esprit pionnier, ils ont imaginé toutes les possibilités que peu osaient rêver ”

Donald Trump


A y est… On peut faire des trous dans la Lune… Trump tente de faire avancer le droit (international) pour aller forer et exploiter le sol lunaire. Si on veut être pragmatiques, le développement spatial s’accélérera s’il arrive à s’auto-financer, à savoir qu’il puisse générer ses propres ressources.

Pour autant, le droit international, voir spatial doit être revu… avec le monde entier. On en a déjà parlé.

Space Force : les Nouveaux Templiers ? – Article de Pascal Fechner

Un casus belli à venir ? Oui, un de plus avec la Chine et la Russie.


Lien vers l’article de USA Today :

https://eu.usatoday.com/story/news/politics/2020/04/09/mining-moon-trump-order-calls-commercializing-solar-system/5124737002/

Proposition de traduction :

Neil Armstrong a captivé le monde quand il a fait “un saut géant” sur la surface poussiéreuse de la lune en 1969.

Le président Donald Trump – qui a commencé son incursion dans les affaires galactiques lorsqu’il a défendu la Force spatiale pour combattre des guerres extraterrestres – cherche son propre moment d’atterrissage sur la lune.

Au milieu de la pandémie de coronavirus, la Maison Blanche a annoncé lundi un décret exécutif dans lequel Trump appelle les intérêts commerciaux américains à exploiter la lune.

Bien que l’ordonnance spécifie qu’un retour sur la lune permettrait au pays d’explorer et d’exploiter les minéraux lunaires, il insinue que la portée de cette nouvelle ère de commercialisation s’appliquerait à “la lune, Mars et autres corps célestes”.

Le développement lunaire comprendrait une recherche de minéraux, ainsi que d’eau, et cela nécessiterait des partenariats entre le gouvernement américain et l’industrie privée.

Selon l’ordonnance, l’un des principaux obstacles empêchant les entreprises d’exploiter la lune est “l’incertitude concernant le droit de récupérer et d’utiliser les ressources spatiales, y compris l’extension du droit à la récupération commerciale et à l’utilisation des ressources lunaires”.

Le décret de Trump tente de faire progresser le cadre juridique rare qui régit les prétentions à l’espace de diverses nations. Plusieurs résolutions internationales telles que l’Accord sur la Lune ont été adoptées au cours des 50 dernières années, mais l’administration dans son ordre n’a pas reconnu leur légitimité.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a 180 jours pour consulter d’autres postes au niveau du Cabinet et le chef de la NASA avant de rendre compte à Trump des progrès réalisés dans la progression de la décision.

En 2001, la NASA a fait atterrir le premier objet artificiel sur un astéroïde, ce qui a fait spéculer que certains minéraux rares pourraient un jour être extraits de roches dévalant l’espace. Les industries minières, pétrolières et gazières se sont tournées vers des méthodes d’extraction de plus en plus extrêmes telles que l’exploitation des bandes de fond marin et la fracturation hydraulique pour accéder aux gisements minéraux de cette planète.

L’annonce comprend une déclaration attribuée à Trump.

«Après avoir bravé l’immense inconnu et découvert le nouveau monde, nos ancêtres ne sont pas seulement rentrés chez eux – et, dans certains cas, ne sont jamais revenus. Ils sont restés, ils ont exploré, ils ont construit, ils ont guidé et à travers cet esprit pionnier, ils ont imaginé toutes les possibilités que peu osaient rêver “, dit-il.

De retour sur Terre, le gouvernement fédéral a ignoré les appels à mettre à jour la principale loi régissant l’exploitation minière des roches dures – minéraux tels que l’or et le plomb – qui est restée pratiquement inchangée depuis sa signature en 1872. 

 

N'oubliez pas de partager ☺
X